Le ginkgo Biloba et l’Hémorragie Cérébrale ?  Y a-t-il un espoir?

Le ginkgo Biloba et l’Hémorragie Cérébrale ? Y a-t-il un espoir?

Qu’est-il du ginkgo Biloba et l’Hémorragie Cérébrale ? Est-ce que le ginkgo est capable de réduire les effets néfastes d’un AVC ? Que disent les études scientifiques concernant le ginkgo biloba et l’hémorragie cérébrale ?

I- Les deux types d’AVC

L’AVC ischémique 

ce type d’AVC est causé par une carence momentanée d’oxygène dans une partie du cerveau, et aussi petite soit-elle, les conséquences peuvent être graves.

Lorsque le sang n’est pas assez fluidifié, combiné à d’autres facteurs, de tous petits caillots sanguins peuvent se former à l’intérieur des vaisseaux, ou alors des dépôts de graisse peuvent se former sur la paroi des vaisseaux sanguins, et empêcher ou freiner la circulation des globules rouges, de l’oxygène et d’autres éléments nutritifs qui alimentent cette partie du corps.

Et lorsque ceci se produit dans le cerveau, on parle d’AVC ischémique.

L’AVC hémorragique 

on parle d’AVC hémorragique lorsqu’il y a un arrêt brusque de la micro circulation du sang dans une partie du cerveau (cela peut aussi se produire dans les autres parties du corps), dû à la formation d’un caillot dans le sang.

Et l’accumulation du sang produit un gonflement, allant jusqu’à provoquer un éclatement de ce vaisseau sanguin et un épanchement de sang dans cette partie du cerveau.

L’AVC a des conséquences graves pour le corps. Il est généralement fatal et les victimes qui parviennent à survivre ont souvent des séquelles dans la plupart des cas.

Car le manque des éléments nutritifs indispensables au bon fonctionnement du cerveau provoque un dysfonctionnement cérébral lourd de conséquences.

C’est pourquoi il est important et essentiel de savoir prévenir ce genre d’accident, et de connaître les petits détails comme la pratique régulière d’une activité sportive, la consommation des compléments alimentaires qui ont pour but de fluidifier le sang, etc., qui peuvent vous aider ainsi que votre entourage.

II- Ginkgo biloba et l’hémorragie cérébrale

1. L’étude chinoise

Une étude sérieuse a été faite en Chine par des Chercheurs de l’Université de Nanjing, concernant les effets du ginkgo biloba combiné à de l’aspirine, sur 348 patients âgés de 65 ans environ et victimes d’un AVC ischémique.

Et ce, dans le but de déterminer si effectivement l’extrait du ginkgo biloba peut aider les patients victimes d’AVC à récupérer toutes leurs capacités cognitives, principalement la concentration et la mémoire, ou du moins une bonne partie de ces facultés.

En les administrant 3 doses quotidiennes d’aspirine 100 mg et 150 mg de ginkgo pendant une durée moyenne de 6 mois seulement, les résultats ont été concluant et ont effectivement démontré une évolution favorable dans ce sens.

Quand ces chercheurs mentionnaient clairement dans leur communiqué public : « l’extrait de ginkgo biloba en combinaison avec l’aspirine permet d’alléger les déficits cognitifs et neurologiques après un AVC ischémique sans augmenter l’incidence des événements vasculaires ».

Sources : Stroke and Vascular Neurology, 18/12/2017, DOI : 10.1136/SVN-2017-000104.

Une autre étude a été faite sur les souris en laboratoire, par des Chercheurs de l’Université John Hopkinns, dans le but de prouver l’idée suggérée selon laquelle l’extrait de ginkgo produirait des substances qui bloquent l’action des radicaux libres qui causent la mort des cellules et des maladies dans l’organisme.

Selon ces Chercheurs, les souris expérimentales ont été soumises à un dysfonctionnement neurologique où ils ont fait un bref blocage d’un vaisseau sanguin du côté du cerveau, et ont donc constaté que l’administration de l’extrait du ginkgo agirait sur les niveaux d’une enzyme appelée HO-1, en plus avec ses substances anti oxydantes, il élimine rapidement les radicaux libres dans les zones où se produit l’AVC.

Prouvant ainsi que les souris ont une diminution des risques d’une attaque vasculaire cérébrale.

2. Conclusion des auteurs de l’étude

Ces études ont été faites particulièrement concernant l’incidence de l’extrait de ginkgo sur les différents traitements préventifs et curatifs des accidents vasculaires cérébraux.

Et elles ont bien confirmé par des recherches scientifiques ce qu’on en parle depuis des millénaires sur les effets du ginkgo biloba pour la santé.

La grande majorité de ces chercheurs scientifiques ont démontré par les résultats de leurs analyses et de leurs expériences sur leurs patients (des personnes de troisième âge en général) que les extraits de ginkgo biloba, associés à de l’aspirine, peut avoir un impact positif sur la micro circulation sanguine.

Il permet d’empêcher la formation des caillots de sang à l’intérieur des vaisseaux sanguins, responsables des AVC.

Et chez les patients victimes d’AVC, le ginkgo associé à l’aspirine peut les aider à améliorer leurs capacités cognitives, mais les résultats n’ont pas encore prouvé que ces victimes peuvent retrouver leur état initial (des études sont encore en cours) à la suite d’un AVC.

Toutefois, ces études ont conclu une légère amélioration dans la récupération après un AVC.

Aussi, la consommation des extraits de ginkgo biloba permet non seulement aux patients, mais aussi aux personnes saines de combattre l’activité des radicaux libres et d’autres toxines responsables des maladies et du vieillissement.

3. Ginkgo biloba et aspirine

Selon plusieurs études très sérieuses réalisées sur des extraits de ginkgo biloba, des chercheurs scientifiques ont constaté que l’extrait de cette plante, associée à de l’aspirine, pourrait considérablement réduire les déficits neurologiques et cognitifs, sans pour autant augmenter l’impact de accidents vasculaires cérébraux (AVC).

Nous l’avons déjà dit, un AVC ischémique étant tout simplement lié à un manque d’apport d’oxygène dans une infime partie de votre cerveau, dû à la formation d’un caillot de sang ou d’un dépôt de graisse sur les parois veineuses.

Ce qui entraîne un rétrécissement de la carotide, empêchant la libre circulation des globules rouges et de l’oxygène au niveau du cerveau.

Le ginkgo biloba mélangé à de l’aspirine est capable d’apporter une aide significative à la plupart des victimes survivants d’AVC qui souffrent d’une carence cognitive pouvant se traduire par une maladie d’Alzheimer.

4. Le ginko biloba contre l’Alzheimer

La maladie d’Alzheimer se manifeste généralement par une perte progressive des neurones, entraînant une observation récurrente des troubles de mémoire, oublis et pertes de mémoire.

Les sujets atteints ne se rappellent généralement plus de certains faits comme les rendez-vous, les noms des lieux et des personnes, etc.

Le ginkgo biloba, en raison de ses multiples vertus, et principalement ses substances anti oxydantes, est capable de stimuler et de renforcer l’activité des cellules nerveuses, les neurones, afin de renforcer la mémoire, en vous apportant les éléments nécessaires pour stimuler vos capacités cognitives et de rétention des informations.

Des essais ont démontré que l’administration de 600 mg d’extrait de ginkgo biloba par jour chez les patients atteints d’Alzheimer montrent une nette amélioration de leurs mémoires à court terme, surtout chez les personnes âgées.

III- Risques possibles d’une cure de ginkgo biloba

Le ginkgo biloba est généralement considéré comme sûr et sans effets indésirables notables, mais il y a certains risques potentiels dont il faut être conscient.

Il faut savoir que le ginkgo peut provoquer des effets secondaires comme des étourdissements, des maux de tête, de la constipation et des palpitations cardiaques.

Il est aussi déconseillé pour les femmes enceintes, celles qui ont un flux sanguin important pendant leurs règles ou qui souffrent de diarrhée chronique, et elles ne devraient pas utiliser cette plante.

Le ginkgo biloba comme on le sait peut augmenter la circulation dans l’organisme et notamment les parties inférieures des organes du corps… ce qui risque de provoquer des saignements supplémentaires ou pire encore, une fausse couche précoce.

Il faut noter également que le supplément peut également interférer avec les médicaments utilisés pour traiter l’anxiété (comme le Xanax), le diabète et la coagulation sanguine.

ginkgo biloba et hémorragie cérébrale 2

IV- Dose et posologie

Le ginkgo ne doit pas être donné aux enfants.

Pour les adultes

Les problèmes de mémoire et la maladie d’Alzheimer : De nombreuses études ont utilisé 120 à 240 mg par jour en doses fractionnées, normalisées pour contenir 24 à 32 % de glycosides de flavone (flavonoïdes ou hétérosides) et 6 à 12 % de lactones triterpènes (terpénoïdes).

A noter qu’il faut parfois 4 à 6 semaines pour constater les effets du ginkgo. Demandez à votre médecin de vous aider à trouver la bonne dose.

Liens utiles:

Ginkgo biloba and cerebral bleeding: a case report and critical review

Association of Ginkgo biloba with intracerebral hemorrhage

A case of cerebral haemorrhage—can Ginkgo biloba be implicated?

Subarachnoid haemorrhage associated with Ginkgo biloba