Comment reconnaître le pissenlit comestible et le non comestible ?

Comment reconnaitre le pissenlit comestible et le non comestible ? Quelles sont les différences entre le tussilage, la Porcelle enracinée et le pissenlit ? Que soigne chacun d’eux ? Et comment consommer chacun d’eux ?

I- C’est quoi la Porcelle enracinée ?

La Porcelle enracinée, encore connue sous le nom de Hypochaeris radicata, est une plante herbacée qui fait partie de la famille des Astéracées.

C’est une plante qui a des feuilles en rosette basale et qui est vivace d’environ 60 cm de haut. La Porcelle enracinée, il faut le dire, ont des dents arrondies.

En général, elle fleurit de juin à septembre. Elle est une espèce hautement commune qui est omniprésente dans les prairies pâturées, sur les sols légèrement acides, les landes, éboulis et dans les pelouses des parcs et jardins.

Les deux étant comestibles, la Porcelle enracinée apparente au pissenlit. Cependant, la confusion ne présente aucun danger.

II- C’est quoi le tussilage ?

Étant une espèce de plantes herbacées qui appartient à la famille des Asteraceae (composées), le tussilage, encore dénommé Tussilago farfara ou pas-d’âne est la seule espèce encore acceptée du genre Tussilago.

Le tussilage est une plante vivace à rhizomes (composées) qu’on retrouve la plupart du temps sur des terrains remués et vagues.

En phytothérapie, il fait partie des plantes pectorales les plus utilisées.

Ayant la particularité de fleurir bien avant la feuillaison, cette plante était anciennement dénommée Filius ante patrem, le « fils avant le père ». Découvrons pourquoi la Porcelle est considéré comme toxique ?

III- Pourquoi la Porcelle est considéré comme toxique ?

Reconnue comme une plante herbacée à fleurs jaunes ressemblant au pissenlit, la Porcelle enracinée est toxique pour les chevaux. Son ingestion par ces derniers cause l’apparition de la maladie du harper australien.

Afin de prévenir les risques d’intoxication à l’herbage, il vous est fortement conseillé d’apprendre à reconnaître cette plante. C’est dans cet ordre d’idées que nous avons parlé de c’est quoi la Porcelle enracinée plus haut.

Ajoutons que l’ingestion de la Porcelle enracinée par les équidés est impliquée dans l’apparition du harper de forme australienne, un mouvement atypique se caractérisant par une hyperflexion involontaire d’un (des deux) membre(s) postérieur(s).

Découvrons maintenant ce qu’on peut soigner avec le tussilage ?

 IV- Que soigne-t-on avec le tussilage ?

Jadis, la feuille de tussilage servait d’enseigne aux apothicaires. C’est dire l’importance qu’on lui accordait.

Selon le docteur Valnet, le tussilage est l’un des anciens et meilleurs remèdes pectoraux. Quant au docteur Fritz Weiss, il est spécialement efficace contre la toux chronique accompagnant la silicose et l’emphysème.

Néanmoins, étant donné que des deux maladies sont incurables, ils relèvent que l’infusion n’apporte qu’un soulagement symptomatique. Dès le matin, au réveil, il vous est recommandé de prendre une tasse car, à ce moment, la toux est plus forte. Il faut prendre une autre le soir au coucher.

Les fleurs ou les feuilles de tussilage, selon les traditions, sont utilisées de préférence pour préparer l’infusion. Ce sont uniquement les fleurs, qu’on utilise en Chine pour la réalisation de cette infusion.

Également, en France, elles sont préférées pour traiter la toux. Elles entrent en effet dans la composition de la « tisane des quatre fleurs » qui en fait, en comprend sept.

V- Différences entre pissenlit, tussilage et Porcelle enracinée

Le pissenlit possède des feuilles dentées et allongées qui sont étalées aux bases des fleurs dressées sur des tiges lisses et creuses. Cette plante est retrouvée sur la plupart des terrains.

Les feuilles surgissent avant les fleurs. Avant la floraison, les rosettes des feuilles jeunes donnent d’excellentes salades.

Le tussilage quant à lui fleuri très tôt au printemps bien avant le pissenlit. Alors, il présente une tige épaisse et écailleuse portant une fleur sans feuille.

Ce n’est qu’après la floraison que les feuilles arrondies et grandes, face supérieure vert foncé et lisse, face inférieure grisâtre et cotonneuse apparaissent. Cette plante était entre temps utilisée contre les affections des voies respiratoires.

Il faut ajouter que le tussilage, très commune dans l’Écozone paléarctique, est une eurasiatique. C’est une plante qui aurait été importée dans les Amériques par les colons européens en tant que plante médicinale. Il faut relever qu’il y a dans ces contrées un comportement invasif.

Tandis que la Porcelle enracinée, comme nous l’avons sus évoquée, ressemble au pissenlit. Cependant, la confusion ne présente aucun danger du moment où les deux sont comestibles.

En effet, elle lui ressemble beaucoup par non seulement la structure des fleurs, capitules, la structure de ses fruits, les akènes, mais aussi par la disposition de ses feuilles, en rosette.

Toutefois, les fleurs de la Porcelle enracinée sont plus petites que celles du pissenlit, ses feuilles sont poilues et plus arrondies, et ses akènes sont moins bien organisés que chez le pissenlit.

En plus, le suc blanc laiteux qui s’écoule lorsqu’on sectionne la tige d’une Porcelle enracinée n’est pas présent lors de la section d’une tige de pissenlit.

Il faut relever qu’on retrouve parfois les jeunes feuilles de Porcelle enracinée à la vente sur les marchés provençaux. En effet, elle est moins amère que le pissenlit et excellente en salade.

Le pissenlit étant comestible, c’est-à-dire pouvant servir d’aliment à l’homme, nous allons vous faire découvrir comment consommer le pissenlit dans les lignes qui suivent.

VI- Comment consommer le pissenlit ?

Il faut dire que le pissenlit se consomme, en ce sens que non seulement, il se mange, mais aussi, il se boit. Et il est possible de faire une bonne Infusion à l’aide de pissenlit.

Il est également possible de réaliser une salade à l’aide des jeunes feuilles. De même, c’est un légume d’accompagnement ou des marinades avec les boutons floraux, et du vin avec les fleurs.

Il ne faut de même relever qu’il est possible de couper les feuilles en chiffonnade et les ajouter aux sandwiches, aux soupes, à la fin de la cuisson, ou à du fromage de chèvre crémeux.

VII- Que peut-on soigner avec le pissenlit ?

Les feuilles de pissenlit ont, vis-à-vis de certains troubles digestifs mineurs, des propriétés apéritives. Elles sont non seulement digestives, mais aussi diurétiques et dépuratives.

Également, dans le corps humain, les feuilles de pissenlit favorisent le nettoyage de l’ensemble de l’organisme en éliminant notamment les toxines accumulées dans le corps.

Il faut ajouter que cette plante, par inhibition de la lipase pancréatique, possède de même une action antiadipositique non-négligeable. Également, en ce qui concerne l’extrait aqueux de pissenlit, il faut dire qu’il possède, ayant un effet inhibiteur sur la réplication du VIH-1 et sur l’activité de la transcriptase inverse, des propriétés prometteuses.

Pour boucler la boucle, il faut aussi relever que les feuilles de pissenlit sont habituellement utilisées dans la prévention des lithiases biliaires.

Pareillement, elles sont non seulement usitées pour la stimulation du foie et des reins, mais aussi en cas d’insuffisance digestive lipidique.