Comment savoir si on a une allergie aux pignons de pin ?

Comment savoir si on a une allergie aux pignons de pin

Comment savoir si on a une allergie aux pignons de pin ? Quels en sont les grands symptômes ? Comment réagir face à cette allergie ? Et quels sont les éventuels allergies croisées avec des pignons de pin ?

I. Symptômes d’une allergie aux pignons de pin 

Le phénomène des allergies a pris énormément d’ampleur ces derniers temps. Les cas d’allergies alimentaires et environnementales sont en constante progression, notamment dans les pays occidentaux.

Les allergies des fruits à coque, entre autres, font partie des allergies les plus dangereuses. Même si leur prévalence tourne autour de 0,5%, ce type d’allergies cause les réactions les plus graves.

L’allergie aux pignons de pin fait partie de celles-ci. Les symptômes d’une allergie aux pignons de pin peuvent varier d’une personne à une autre.

Néanmoins, un symptôme en particulier a retenu l’attention : il s’agit de la dysgueusie.

La dysgueusie est une sensation buccale, d’amertume, que ne nombre de personnes ont décrite après une consommation de pignons de pin.

La réaction se produit habituellement entre 24 et 48 heures après ingestion. La dysgueusie donne à la bouche un goût métallique, qui empire si on consomme ensuite d’autres aliments.

Les cas de dysgueusie liés à une allergie aux pignons de pin sont apparus au début des années 2000. Ils semblent liés à une variété particulière de pins, et ont poussé les autorités à publier une liste des types de pins propices à la consommation.

En dehors de la dysgueusie, l’allergie aux pignons de pin à d’autres symptômes.

Un œdème au niveau des lèvres en est un. Celui-ci peut être assimilé à des papules, causant des démangeaisons, et localisé autour de la bouche.

Il peut aussi être possible de développer une conjonctivite aux deux yeux, ou encore une urticaire au visage. Ensuite, peuvent survenir des problèmes de respiration, faisant penser à des manifestations asthmatiques. Toux, éternuements ininterrompus et nez bouché feront leur apparition.

Puis surviendront les nausées et les vomissements. Les vomissements peuvent mettre un terme aux autres symptômes. 

II. Pignons de pin et allergie croisée 

Les allergies sont des manifestations du système immunitaire en présence d’un élément que ce dernier juge dangereux : l’allergène.

L’allergène est ce qui déclenche la réaction allergique. Par exemple, le pollen est un allergène très fréquent, qui provoque chez l’allergique une rhinite allergique.

L’allergie croisée est une réaction allergique en présence d’un élément qui n’est pourtant pas l’allergène auquel on est d’habitude sensibilisé car les deux éléments possèdent en leur sein les mêmes protéines pour lesquels on est allergique.

Cela peut paraitre curieux, mais l’explication à ce phénomène est simple. L’allergie croisée survient s’il y a une proche origine entre deux espèces d’allergènes. Il est par exemple possible qu’une allergie aux poils de chat s’étende à d’autres félins.

Dans le cas de l’allergie aux pignons de pin, celle-ci peut s’étendre à d’autres oléagineux et fruits à coque. D’ailleurs, cela arrive souvent.

Les produits oléagineux tels que les diverses noix (cajou, pin, amande…) sont les plus susceptibles de provoquer des allergies croisées.

L’allergie croisée est assez fréquente dans le cas des fruits à coque. Il est donc important de rester vigilant, lorsqu’on a déjà constaté être allergique à l’un d’entre eux.

III. Solutions suite à une allergie aux pignons de pin

L’allergie aux pignons de pin peut avoir plusieurs manifestations. Dans le cas où le symptôme à l’allergie serait la dysgueusie, il est important de vérifier l’origine du pin en question.

Les études ont en effet établi un rapport entre des variétés asiatiques de pins introduites en Occident, et ce symptôme. Ces pins seraient à l’origine de ce phénomène. Consommer les fruits d’un pin méditerranéen ne devrait donc pas poser de problèmes.

Dans les autres cas où l’allergie se manifesterait autrement, par des picotements à la gorge et une crise d’asthme, il faudra prendre d’autres mesures. La cortisone est l’un des produits qui peuvent aider dans les cas de réactions anaphylactiques.

Les antihistaminiques sont aussi des possibilités, notamment dans les cas d’urticaires.

On peut aussi utiliser de la ventoline, notamment pour les problèmes respiratoires. En dernier lieu, il est même possible d’avoir recours à une injection d’adrénaline s’il y a perte de connaissance.

Il est important de comprendre que toute cette médication est établie par un médecin. Si on parle de protocole d’accueil individuel, c’est bien parce que ces produits sont adaptés à un patient en particulier. Chacun doit posséder une trousse de secours avec les médicaments adéquats pour lui, à prendre en cas d’exposition à l’allergène.

Il n’existe malheureusement pas de moyen d’éviter les réactions allergiques en présence de l’allergène.

Si on est sensible aux pignons de pin, tout comme à tout autre aliment, la seule façon de s’en prémunir est de l’éviter. Cela implique aussi de se tenir à l’écart de tout aliment qui en contiendrait. On parle ici des barres de chocolat, des sauces ou des friandises.

Tout cela demande une vigilance qui commence par une lecture attentive des étiquettes des produits avant leur achat. La personne allergique n’est pas la seule concernée. Sa famille et ses proches doivent aussi connaitre une éducation thérapeutique.