Arbre Brugnon [Plantation, sol, bouturage, taille, maladies…]

Comment planter l’arbre brugnon ? Comment planter son noyau ? le bouturer ? l’arroser ? l’amender ? le tailler ? Quel sol et ensoleillement ? Comment l’entretenir ? Comment consommer ses fruits ? Et enfin quelles sont les maladies qui touchent le brugnon ?

I- C’est quoi le brugnon ?

Prunus persica variété nucipersica, tel est le nom en latin du brugnonier, plus joliment appelé Arbre Brugnon.

Celui-ci est un petit arbre fruitier qui est de la même espèce que le pêcher, d’ailleurs on note une forte ressemblance entre le brugnon et la nectarine.

Et il faut noter que sa culture est aussi facile, en pleine terre ou en pot.

II- C’est quoi l’Origine du Brugnon ?

Connu comme étant un fruit qui existe depuis le XVIIème siècle, le brugnon tout comme sa cousine la pêche, si nous pouvons le dire provient d’abord de Chine.

Tous deux furent importés en Europe au Ier Siècle avant J.C.

Issu du croisement spontané d’un prunier et d’un pêcher, le brugnon ressemble beaucoup à la nectarine comme il a été mentionné plus haut.

Le brugnonier est un arbre qualifié de rustique ne nécessitant pas beaucoup de soin et pouvant être planté partout en France.

Le brugnon est différent d’une part de la pêche de par sa peau lisse et d’autre part de la nectarine de par son noyau qui adhère à la pulpe.

III- Variétés de Brugnon 

Comme variétés de Brugnon, nous avons entre autres :

  • “Fantasia” : C’est une nectarine jaune, légèrement allongée. Vigueur moyenne de l’arbre, appréciable dans les petits jardins…
  • “Silver Lode” : Considéré comme très productif ce brugnon à chair blanche est juteux et parfumé.
  • “Morton” : Subissant une récolte qualifiée de précoce (au mois de juillet), cette nectarine blanche est, elle aussi juteuse, sucrée et charnue.
  • “Violet Cardinal” : Brugnon blanc, juteux, sucré, charnu et fondant à peau rouge.
  • “Rubis necta zee” : qualifiée de variété naine, cette nectarine jaune, de gros calibre est juteuse et parfumée.

IV- Comment planter l’Arbre Brugnon ?

1. Planter un noyau de brugnon 

Tout comme pour les pêches et les nectarines, concernant le brugnon pas besoin d’attendre, on récupère un noyau, on le fait sécher pour la nuit, on le casse et c’est prêt à faire pousser.

Les graines n’ont pas besoin d’hiverner avant de pouvoir germer. Toujours pour planter un noyau de brugnon, il est possible de procéder d’une autre manière et cela à travers le respect des étapes suivantes :

  • On récupère le noyau de brugnon.
  • On le fait sécher une journée.
  • Le lendemain, on casse la noix et on récupère notre noyau (sans la briser, idéalement).
  • On la fait tremper une nuit/journée, le temps qu’elle soit bien gorgée d’eau.
  • On place entre deux essuie-tout humide (mais pas trop).
  • Et on dépose le tout dans un contenant de plastique refermable de type zip-lock.
  • Enfin on laisse le tout devant une fenêtre ensoleillée et on aère tous les jours. On en profite pour vérifier le taux d’humidité et pour voir si les graines ont germé. Il est recommandé de changer les essuie-tout si elles ont développé de la moisissure.

Dans certains cas, la première graine peut germer au bout de cinq jours, dans d’autres cas ça peut aller jusqu’à deux semaines.

2. Bouturage 

Rappelons d’abord que le bouturage est un mode de multiplication végétative de certaines plantes consistant à donner naissance à un nouvel individu (individu enfant de la plante mère) à partir d’un organe ou d’un fragment d’organe isolé (morceau de rameau, feuille, racine, tige, écaille de bulbe), et le brugnon n’échappe pas à cette pratique.

Il sera question de prélever sur un pied bien en terre, un morceau de tige que l’on plantera dans un godet pour y faire des racines, l’objectif étant de conserver toutes les caractéristiques et la variété du pied mère.

La plante mère devra être vigoureuse, saine et exempte de maladie.

3. Sol et ensoleillement 

Pour de meilleurs résultats, un sol léger, riche et profond est nécessaire mais aussi, il faut choisir un endroit ensoleillé.

Les brugnons ne supportent pas les excès d’eau, les sols considérés comme lourds et compacts mais aussi humides.

4. Arrosage

Le brugnonier est un petit dur à cuire dira-t-on, celui-ci se débrouille très bien sans arrosage.

Néanmoins, il faut l’arroser tout de même par temps chaud et sec prolongé ainsi que la 1ère année qui suit la plantation.

5. Entretien

Ici, il sera question des petits gestes à appliquer pour garantir la longévité de votre brugnonier. Il est recommandé de pratiquer un apport d’engrais pour arbre fruitier au printemps et de compost à l’automne, bien qu’elle ne soit pas obligatoire.

La taille favorise une bonne fructification (Taille en vert), rappelons encore ici que vue que le brugnonier craint l’excès de sècheresse, il faudra penser à l’arroser régulièrement pendant les périodes de forte chaleur.

6. Taille de l’Arbre de Brugnon

La taille du brugnonier se fait pour deux raisons essentielles. La première est celle concernant son aération et sa limitation dans la taille et la forme.

La deuxième est celle de la fructification (taille en vert). On coupe une partie d’une branche plaine de petits fruits pour laisser la chance et plus de sève aux fruits restants afin de bien grandir.

Elle se fait en fin janvier et tout le mois de février afin de ne laisser que 50% des branches au maximum.  

7. Floraison et Récolte

Il fructifie à partir de l’âge de 7 ans environ et jusqu’à 15 ou 20 ans. La floraison (rose) est précoce, entre février et avril selon les régions.

Et la récolte intervient entre juillet et septembre selon les variétés, cependant il est à noter que cette floraison précoce rend notre cher ami le brugnonier sensible au gel.

IV- La Consommation du fruit de Brugnon

Principalement consommés crus, les brugnons contiennent énormément de vitamines parmi lesquelles on retrouve la vitamine B3, la vitamine C, la vitamine E, la provitamine A et des antioxydants, mais ils sont assez appréciés en jus de fruits et en conserve.

Vous pouvez même très bien aussi associer le brugnon avec de la viande dans des plats salés ou encore avec la cannelle dans les desserts.

Il est conseillé pour permettre au brugnon de garder toute sa saveur et toutes ses vitamines de le conserver à température ambiante.

V- Maladies du Brugnon

Tout comme n’importe quel être vivant sur cette terre, notre cher ami le brugnonier est souvent victimes de maladies qui lui sont propres bien sûr et qui sont évidemment curables.

C’est le cas de la cloque du pêcher contre laquelle il faudra appliquer un traitement préventif tous les 15 jours au printemps et en automne.

 Aussi tout comme le nectarier, le brugnonier présente des sensibilités à l’oïdium, au chancre, à la tordeuse orientale du pêcher, à certains pucerons, à la petite mineuse du pêcher, au thrips du pêcher, ou encore au phyllobe.

Voilà ainsi tout ce qu’il y a à savoir sur l’arbre brugnon, originaire de Chine et importé en France, alors chers lecteurs, il ne nous reste plus qu’une question à vous poser, un petit brugnonier maison ou dans votre jardin, ça ne vous dit pas ?!